Ressources

Bienvenue dans l’espace ressources de spoogue.org.

Les commentaires sont désormais fermés, lisez bien ceux figurant sous chaque article et vous trouverez réponse à votre question, si ça n’est pas le cas vous trouverez des pistes pour vous aider à trouver par vous même une réponse.

Cordialement.

Arnaud, le 14 novembre 2013.

Anciennes rubriques de Spoogue.org : Publier une BDComparatif des organismes de dépôtTravail et santéGaleries de dessin (Arnaud) – Librairie

11 réponses à Ressources

  1. Manu dit :

    Bonjour,
    je souhaiterai faire éditer une série de strips, crayon et encre, dois je suivre le même chemin que pour l’édition d’une bd « classique »?

  2. Arnaud dit :

    Bonjour,
    Même chemin pour un reccueil de strips…
    A quelques variantes près : les strips peuvent aisément être proposés à la publication à des revues hebdomadaires, mensuelles, newsletters, sites web, ce qui accroît leur potentiel de publication.
    Cordialement

  3. leacouleurs dit :

    bonjours,
    je suis artiste peintre, declareé a la maison des artistes.
    Une mairie me propose de leur faire 20 illus dont ils se servirons pour trois produits différents destinés a la vente.
    a savoir : cartes de jeux, cartes postal, couvertures de cahier.
    ma question est comment facturer?
    je penser proposer un prix pour les 20 illus, qui correspondrais a un projet. puis pour le deuxième produit leur faire une remise de 60% et pour le troisième produit une reduc de 70% …
    sela te parrait il correcte.
    ayant aucune expérience dans se domaine je suis perdue;
    merci et bonne journée

  4. Arnaud dit :

    Bonjour,

    ça me paraît énorme comme réduction.

    Tu ne vends pas des produits fabriqués par des chinois payés 20ct d’euro de l’heure.
    Si vraiment tu veux leur faire une ristourne pour un lot de contrats, fais-leur 10 ou 15%.

    A toi de calculer le temps passé et ton tarif journalier.
    N’oublie pas qu’une entreprise facture plus car il y a des charges à payer et qu’elles doivent être prise en compte par l’indépendant.

    -> assurance chômage : l’indépendant ne cotise pas, il se constitue sa propre assurance chômage : tarifs bradés = pas d’indemnités chômage.
    Idem pour la retraite.

    Ceux qui facturent trop peu ne s’en sortent pas au long terme et tuent le marché avec des tarifs dérisoires.

    Cordialement

  5. HOUZE dit :

    Bonjour, je suis tombée par hasard sur votre site, et je me pose pas mal de questions.
    Je suis lycéenne et bientôt étudiante, et je voulais vendre certains de mes dessins (sous forme de marque page / cartes etc) cependant je ne correspond pas aux Illustrateurs professionnels, mais plutôt amateurs, donc j’ignore si je dois cotiser à un quelconque organisme, souhaitant rester dans la légalité.
    Vendre quelques dessins de temps en temps me permettrait juste de compléter ma bourse étudiante pour vivre l’an prochain, sachant que je ne souhaite pas en faire un commerce à proprement parler.
    Je suis donc complètement perdue…
    Merci d’avance.

  6. Arnaud dit :

    Bonjour,

    Ne t’inquiètes pas, tant que ça ne devient pas un business, en temps qu’étudiante tu n’as pas à t’en faire.
    Si ça devient vraiment lucratif, si ça devient un métier tu pourras te poser la question de ce que tu veux en faire.

    cordialement

  7. FM dit :

    Bonjour Arnaud,

    J’ai aussi un blog sur un sujet complètement différent du vôtre et j’espère répondre aussi bien que vous aux questions qui me sont posées : un grand grand bravo et merci.

    Je vais essayer de faire simple et court pour ne pas t’ennuyer.
    J’ai un boulot, de nombreuses passions et des « connaissances » dans un domaine particulier pour lequel je suis « un peu reconnu ». Il semble que je me sois beaucoup intéressé, et documenté, sur un sujet particulier : peut être plus que d’autres… De ce fait, il arrive que l’on se tourne vers moi.

    J’ai accepté, avec plaisir, qu’un de mes articles (presse) puisse être utilisé gratuitement par l’auteur d’un livre en préparation. Cet auteur a ensuite découvert mes dessins et je lui ai proposé des illustrations pour son bouquin : toujours gracieusement.
    J’ai préparé, pour ces illustrations, un contrat pour qu’il puisse les utiliser sans contre partie financière (en définissant bien le cadre (type, étendue et contexte de l’utilisation).
    Je ne retire rien de ce travail, il n’y a de toute façon pas grand-chose à gagner, c’est le sujet qui m’intéresse et le plaisir d’aider ! Si je n’avais rien proposé, il n’y aurait pas eu ces illustrations. OK, le bouquin serait peut être moins bien (si mon travail apporte quelque chose), mais ce ne sera pas un fort tirage et l’auteur ne va pas gagner grand-chose, voir rien. L’auteur l’a écrit, lui aussi, par « amour » du sujet traité !

    Maintenant, l’auteur aimerait que certaines de mes illustrations soient imprimées et vendues en format A2, par exemple lors de la présentation du bouquin. Il me propose cette opération, par ce qu’il aime mes dessins (l’idiot) et pour essayer de me « rendre l’appareil ».
    J’ai des doutes sur le fait qu’il y ait des amateurs pour ces dessins et sur le fait que l’auteur va les vendre suffisamment cher et dégager du profit (coût de l’impression).
    Mais si en plus, je dois me déclarer en auto entrepreneur, je trouve que cela fait beaucoup de démarches pour au final pas grand-chose.
    J’ai donc préparé un contrat spécifique à cette possible opération ou je demande 50% des bénéfices après déduction des coûts d’impression.
    Si nous gagnons quelque chose je régulariserais ma situation, si nous n’avons pas grand-chose à « gratter », le premier contrat sera détruit et remplacé par un second où je céderais les droits à titre gracieux, mais pour une période donnée !

    Qu’est ce qu’une personne, qui a des idées une expérience de ces sujets, pense de ce que je compte faire ?
    D’avance merci
    Fred

  8. Arnaud dit :

    Bonjour Fred,

    Vu que tu donnes tes illustrations pour le bouquin, sans contrepartie, il m’apparaît normal que tu touches tous les bénéfices des ventes éventuelles d’illustrations d’autant que tu en est le seul auteur. Donc 100% des bénéfices après déduction des frais d’impression.

    Après tu verras si tu fais assez de bénéfices pour que ça vaille le coût d’une inscription en auto entrepreneur.

    ça peut être différent dans le cas d’une bande dessinée, où scénariste et dessinateur s’entendent sur un pourcentage pour la BD et pour les produits dérivés.

    C’est un produit dérrivé, s’il est dérivé du bouquin.

    Dans le cas d’une création faite au préalable, c’est différent. Tu es l’unique auteur.

    Cordialement

    Arnaud

  9. FM dit :

    Bonjour Arnaud,

    Merci beaucoup pour ton commentaire, je vais en effet revoir le % à la hausse.
    Je comptais laisser un petit % pour tenir compte du fait qu’il y a du travail de « vente », mise en valeur….

    Merci d’avoir mis en évidence que c’est un produit dérivé. C’est un fait, mais je n’avais pas percuté.

    Encore merci pour ce que tu fais.
    Tu risques d’être victime de ton succès, je risque de revenir te poser des questions !

    Cordialement
    Frédéric

  10. SAo dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord merci, les informations sur spoogue sont très intéressantes.
    J’ai une question cependant et j’aimerai avoir votre avis.
    Quand est il de l’autoproduction ?
    Comparable à celle de la musique, notamment le hip-hop, ou les artistes financent 100% de leurs projets pour les revendre eux même !

    Je suis scénariste BD sur Toulouse,
    Je produit mes projets au niveau local, scenario, dessins, marketing, distribution !
    Je voudrais passer au niveau national.
    Dois je faire appel aux maisons d’éditions traditionnelles ?
    Où me charger de la filière de distribution ?

    Merci pour vos réponses si le temps, ou l’envie, vous le permet !

    Cordialement.

  11. Arnaud dit :

    Bonjour SAo,

    En ce qui concerne l’autoproduction, je te recommande, avant de démarcher les maisons d’édition, d’aller demander aux libraires de ton secteur, avec les chiffres de tes diffusions locales, peut-être pourront-il t’aiguiller vers leur réseaux de distribution.

    Si ça ne donne rien, voir avec les éditeurs qui publient des choses dans une lignée proche ou complémentaire de tes productions.

    cordialement.

Les commentaires sont fermés.